Mamré à Madagascar

Sœur Lanto, la responsable du travail en prison, aux côtés de Sœur Angéline, la prieure

Outre la manière de désigner un lieu où se trouvent des chênes dans la Bible (les fameux « chênes de Mamré »), Mamré désigne aussi une communauté de sœurs malgaches. Elles consacrent leur vie au Seigneur et aux autres.

C’est ainsi qu’elles cousent des robes pastorales, font des visites en prison, nourrissent les enfants pauvres du quartier les jours où il y a école, accueillent des retraitants, animent des cultes ou des temps de louange dans l’une ou l’autre paroisse de l’île, cousent des draps, font un potager… elles semblent ne jamais s’arrêter !

L’accès à cette cantine d’un genre particulier est soumis à conditions et est validé après une enquête sociale effectuée par l’un des membres de la communauté.

En 2007, quand la Fondation La Cause a eu connaissance que les sœurs rencontraient des difficultés financières, elle a pu mobiliser de nouveaux donateurs et permettre ainsi que l’œuvre se pérennise.

Régulièrement, des envoyés par le DEFAP et La Cause, dans le cadre de leur VSI (Volontariat de Solidarité Internationale), viennent aider à la cantine et au soutien scolaire : un enrichissement pour toutes et tous…

Le parrainage avec Mamré

Pour permettre que les enfants mangent à leur faim, des parrains et marraines vivant en France s’engagent à verser une somme régulière.

Fin 2020, ce sont 102 enfants qui mangent à la cantine des sœurs de Mamré.

Les sommes versées par La Cause bénéficient à l’ensemble des enfants accueillis.

Les donateurs peuvent recevoir des nouvelles de la communauté.

A propos du quartier d’Ambavahadimitafo où se trouve le centre Mamré

Ambavahadimitafo, quartier sur une des 12 collines de Tananarive, capitale de Madagascar. Situé à proximité du palais de la reine, célèbre emblème de la ville, il y a de l’ombre et de la lumière : une population plutôt «bourgeoise» vivant à côté de personnes extrêmement pauvres.

Adresse: Ambavahadimitafo, Antananarivo 101

Contact: