Moïse Jovenel, le 30 octobre 2020 (Reuters)

Dans la nuit du 7 au 8 juillet 2021, Moïse Jovenel, Président de la république d’Haïti a été assassiné à son domicile par un commando armé. 
Cet acte est condamné par de nombreuses personnalités nationales et instances internationales. Il montre encore plus la fragilité d’un État déjà considéré comme le plus pauvre d’Amérique du nord.
L’état de siège a été instauré dans tout le pays, ce qui implique que chacun reste confiné chez soi.

Les nouvelles que nous avons pu avoir de notre déléguée sur place, Mme Laramé, font état d’une grande stupeur et d’une vive inquiétude face à l’avenir.

En effet, Haïti vivait déjà une grave crise sécuritaire et politique. Le président Jovenel se voyait reprocher de ne pas agir suffisamment contre les bandes armées qui terrorisaient les habitants de la capitale ainsi que des  participations à des actions de corruption.

Aujourd’hui Haïti est plus que jamais fragilisé. Dans un tel contexte, les directeurs et directrices de centres ont besoin de notre soutien pour continuer à accompagner les enfants au quotidien. Cette aggravation de la situation devrait encore plus impacter le coût de la vie quotidienne et les défis auxquels chaque enfant d’Haïti est confronté.

Flash sur Haïti (8.7.21)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut