Prédication : une Parole éclairée… une Parole éclairante !

Le 17 juin dernier a eu lieu la Fête des amis de la Cause. À cette occasion, le pasteur Marc Derœux nous a apporté la prédication au cours du culte qui a eu lieu l’après-midi. En voici le contenu :

Introduction

« Il ne dépend pas de toi d’être riche, mais il dépend de toi d’être heureux ! »

Cette citation du philosophe Épictète, certes stoïcienne, ouvre bien néanmoins sur la méditation de notre texte, au psaume 119, les versets 105 à 112. En effet, ce psaume commence en qualifiant d’heureux ceux qui sont intègres dans leur voie, marchent selon la loi du Seigneur gardant ses commandements et le cherchant de tout leur cœur.

À première lecture, il ne fait aucun doute que, pour le psalmiste, la richesse se trouve ailleurs que dans les coffres forts regorgeant de trésors, ailleurs que dans les comptes en banque bien remplis, les magnifiques villas ou les belles voitures. Le bien le plus précieux de l’auteur du psaume 119, c’est la Torah, la Loi de Dieu ! Un bien si précieux qu’il lui a consacré une véritable œuvre d’art littéraire avec ce psaume le plus long de nos Bibles. Un psaume construit comme une véritable cathédrale dédiée à honorer la Loi du Seigneur comme Parole de vie pour qui sait y discerner la volonté divine ! Psaume dit alphabétique, le psaume 119 comprend 22 strophes de 8 versets, commençant tous par, successivement et dans l’ordre, une lettre de l’alphabet hébraïque.

Laissons encourager par les versets 105 à 112, qui constitue la 14ème strophe du psaume 119, lecture dans la version Parole de Vie.

Lecture biblique dans Psaume 119, versets 105 à 112

Ta parole est une lampe qui éclaire mes pas, une lumière sur ma route.

J’ai promis de respecter tes décisions justes et je tiendrai ma promesse.

On m’a vraiment traîné dans la boue. SEIGNEUR, fais-moi vivre, comme tu l’as promis.

Accepte les prières que je te fais, SEIGNEUR, apprends-moi tes décisions.

Je suis toujours en danger, mais je n’oublie pas ta loi.

Des gens mauvais m’ont tendu un piège, mais je ne me suis pas éloigné de tes exigences.

Pour moi, tes ordres sont un trésor que je garde sans cesse, ils sont la joie de mon cœur.

Je m’applique à faire ce que tu veux, voilà ma récompense pour toujours !

Loi de Dieu, Parole de Dieu

Après avoir été poussé à faire grand cas de la Loi du Seigneur à cause de son origine divine, le psalmiste met l’accent sur le côté pratique de cette Loi qui devient alors parole. Parole d’encouragement, parole d’exhortation, parole de réconfort, parole de sagesse, parole d’amour, elle est un véritable guide dans la vie de tous les jours pour faire face à l’humiliation, au malheur, au danger, à l’hostilité.

Pourtant de nombreux termes sont utilisés dans ce psaume pour évoquer la Torah, l’enseignement de Dieu : témoignages, préceptes, statuts, commandements, instructions, ordonnances, promesses.

Mais il est intéressant de noter que pour le psalmiste, cette Torah, cette loi du Seigneur, est aussi Parole. Ce terme, plus général, renvoie aux notions d’échange, de dialogue, de création et de vie. Parole évoque aussi la manière dont Dieu crée. Le Seigneur dit, parle, la chose se fait ! En même temps qu’elle est émise et reçue, la parole est déjà effective. Elle s’inscrit alors dans mon quotidien et dans le concret de ma vie.

Pour le psalmiste, la Loi n’est pas simplement un livre de bonnes recettes pour réussir sa vie ou un code de bonne moralité. Elle est parole de vie pour la vie, la mienne et celle de mes semblables ! Bien avant l’Évangile, il a compris que le sens, l’esprit de la Torah est plus important que la lettre. Pourquoi le psalmiste aime-t-il tant les commandements et instructions de Dieu ? Par esprit de servilité aveugle ? Non ! Mais parce qu’il connaît ce qui les sous-tend : l’amour de Dieu qui m’entraîne à m’aimer moi-même et à aimer les autres. La parole de Dieu l’éclaire sur ses choix comme sur ses motivations et intentions. Elle est une lampe à ses pieds.

Le psalmiste a acquis une compréhension et une connaissance éclairée de la Loi du Seigneur. Il ne voit pas dans cette Loi une somme de « Tu dois » ou « Tu ne dois pas », « Tu peux » ou « Tu ne peux pas ». Parce qu’elle est parole, elle nous plonge au cœur de la volonté de Dieu et nous rend ainsi responsables.

Je peux appliquer le code de la route avec des intentions différentes. La peur du gendarme, la répugnance de l’onéreuse contravention et l’humiliante perspective des conséquences pour mon permis à points m’obligent à m’arrêter aux feux tricolores lorsque ceux-ci passent au rouge, même si je suis très pressé. Mais cette contrainte m’agace beaucoup moins lorsque je réfléchis au pourquoi, et donc comprends le bienfait de ces installations sensés gérer le trafic pour une plus grande fluidité. Cette méditation peut calmer mon impatience !

Une telle méditation peut être utile pour mieux comprendre la volonté de Dieu à travers la lecture de sa Parole.

La Parole de Dieu, une lampe

Cette compréhension responsable de la Loi fait dire au psalmiste au verset 105 « Ta Parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier ».

Les lampes de l’époque étaient fragiles, frêles et discrètes. La Loi du Seigneur, au travers sa Parole, sa méditation, ne s’assène pas comme des coups de projecteurs aveuglant. Ces lampes de l’Antiquité obligeaient à faire un pas à la fois ! La méditation de la Parole de Dieu se vit dans cette humilité et cette simplicité.

La Parole de Dieu, une lumière

L’utilisation du procédé littéraire de répétition, courant dans la poésie hébraïque de l’époque, renforce l’idée que la loi de Dieu éclaire le déroulement de ma vie, mon sentier. Mais cette seconde partie du verset 105 peut nous encourager à penser que notre petite lampe est aussi un repère, une lumière pour d’autres.

Ici cette lumière a le caractère éclatant du soleil lorsqu’il se lève le matin. C’est donc une lumière qui se voit, qui se remarque, qui ne passe pas inaperçue. Même fragile, ma lampe, bien entretenue, guidant mes pas les uns après les autres, peut être aperçue, voire utilisée par les autres qui marchent à proximité.

Dans une ruelle étroite d’une ville, un jeune garçon, miroir en main, fait refléter les rayons du soleil en direction d’une fenêtre de la maison voisine.

« Que fais-tu ? » lui demande un passant.

« Mon frère, malade, est allongé dans la pièce que j’éclaire. Il se plaint de ce que le soleil n’illumine jamais sa chambre. C’est pourquoi je lui fais parvenir quelques rayons de soleil ». Cette petite anecdote peut nous encourager dans notre témoignage, même le plus discret semble-t-il.

Puisant nos rayons de soleil dans une méditation régulière de la Parole de Dieu, nous pourrons plus facilement apporter le soleil de justice, le soleil de paix, le soleil de joie, le soleil d’amour de Jésus-Christ à nos contemporains en quête de guérison dans leurs vies.

C’est avec le même état d’esprit que le psalmiste au psaume 119, que nous voulons assurer nos pas de chaque jour avec une Parole de Dieu méditée, éclairante et responsabilisante, et rendre un témoignage, aussi modeste soit-il, qui encourage d’autres à utiliser cette même Parole sur le sentier de leurs vies.

Prière d’intercession

Seigneur, nous te remercions pour ta Parole. Par elle, tu nous donnes de mieux te connaître. Par elle, tu nous apprends à mieux nous reconnaître comme tes enfants en Jésus-Christ.

Chaque jour, nous sommes invités à nous rappeler que cette Parole est vie pour nos vies, comme pour celles de nos contemporains.

Accorde-nous la grâce, notre Dieu, de leur présenter et de leur offrir Ta Parole, la Bible, non pas comme un livre obscur, triste et poussiéreux, mais comme le chemin de liberté sur lequel nous voulons marcher, conscients de nos faiblesses mais assurés par ta promesse de nous accompagner tous les jours.

Accorde-nous la grâce, Seigneur, de vivre chaque jour au rythme des paroles d’encouragement et d’exhortation contenues dans la Bible, qu’il nous plaît t’appeler ta Parole.

Amen !